ACCUEIL CONFÉRENCES ARTICLES MAGAZINE HISTOIRE VIDÉOS CONTACT NOUVELLES ÉDITORIAUX LIENS ENGLISH

Facebook Twitter YouTube

LES ÉTENDUES SAUVAGES DU GROUPE LOCAL

23 mars 2016

La galaxie Wolf-Lundmark-Melotte par OmegaCAMCette image, capturée au moyen d’OmegaCAM qui équipe le télescope de sondage du VLT de l’ESO, montre une galaxie isolée baptisée Wolf-Lundmark-Melotte — ou, plus simplement, WLM. Bien qu’elle fasse partie intégrante de notre Groupe Local composé de dizaines de galaxies, WLM figure seule, en périphérie du groupe, et constitue l’un de ses membres les plus lointains. Sa petitesse et son isolement excluent toute interaction passée avec l’une des galaxies du Groupe Local — voire avec toute autre galaxie au cours de l’histoire de l’Univers.

À l’image d'une tribu isolée vivant au fond de la forêt amazonienne ou sur une ile de l’océan Indien, WLM offre un rare aperçu de la nature première des galaxies que leur environnement a peu perturbée.

WLM a été découverte en 1909 par l’astronome allemand Max Wolf, puis assimilée à une galaxie une quinzaine d’années plus tard par les astronomes Knut Lundmark et Philibert Jacques Melotte — ce qui explique sa dénomination pour le moins inhabituelle. Cette galaxie peu brillante se situe dans la constellation de la Baleine, à quelque trois millions d’années lumière de la Voie lactée, l’une des trois galaxies spirales les plus importantes du Groupe Local.

De dimensions très modestes, WLM est dépourvue de structure, ce qui lui valut d’être classée parmi les galaxies naines irrégulières. WLM s’étend au grand maximum sur 8 000 années-lumière — cette distance incluant un halo d’étoiles extrêmement âgées découvert en 1996 (eso9633).

Les astronomes pensent que les galaxies primitives de dimensions aussi réduites ont interagi gravitationnellement les unes avec les autres puis bien souvent fusionné, générant des galaxies composites de tailles supérieures. Au fil des milliards d’années, ce processus de fusion a abouti à la création de vastes galaxies spirales et elliptiques qui semblent abonder dans l’Univers actuel. Cette agrégation galactique n’est pas sans rappeler la concentration progressive des populations humaines au sein d’agglomérations toujours plus étendues, donnant lieu aux mégapoles contemporaines.

Au contraire, WLM a évolué seule, loin de l’influence gravitationnelle des autres galaxies et de leurs populations stellaires. En conséquence, à l’image d’une population humaine n’ayant eu que peu de contacts avec l’extérieur, WLM incarne une galaxie à l’état naturel, dont les seuls changements intervenus au cours de son existence se sont produits à l’écart de toute agitation extérieure.

Cette petite galaxie arbore un vaste halo d’étoiles rouges très peu brillantes, qui s’étend sur un fond de ciel particulièrement sombre. Cette teinte rougeâtre témoigne de l’âge avancé de cette population stellaire. Le halo est probablement contemporain de l’époque de formation de la galaxie. Il renferme donc vraisemblablement des indices concernant les mécanismes sous-jacents à l’apparition des premières galaxies.

Les étoiles situées au centre de WLM semblent toutefois plus jeunes et de couleur bleue. Sur cette image, des nuages rosâtres illuminent des régions peuplées de jeunes étoiles dont l’intense rayonnement a ionisé le gaz d’hydrogène environnant, lui conférant cette teinte rougeâtre caractéristique.

Cette image détaillée a été acquise par la caméra à grand champ OmegaCAM, une énorme caméra positionnée sur le télescope de sondage (VST) du VLT de l’ESO au Chili — un télescope de 2,6 mètres exclusivement conçu pour sonder la nuit noire dans le domaine visible. Les 32 détecteurs CDD d’OmegaCAM génèrent des images de 256 megapixels qui offrent une vue étendue et très détaillée du cosmos.

Photos

La galaxie WLM à l’extrémité du Groupe Local
La galaxie WLM à l’extrémité du Groupe Local.
La galaxie naine WLM dans la constellation de la Baleine
La galaxie naine WLM dans la constellation de la Baleine.
Vue à grand champ du ciel qui entoure la galaxie naine WLM
Vue à grand champ du ciel qui entoure la galaxie naine WLM.

Vidéos

Zoom sur la galaxie naine WLM
Zoom sur la galaxie naine WLM
La galaxie WLM à l’extrémité du Groupe Local
La galaxie WLM à l’extrémité du Groupe Local

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l’ESO eso1610, adaptée par Astronomie-Québec.



 

 

© 2017 Astronomie-Québec et ses collaborateurs · Tous droits réservés