ACCUEIL CONFÉRENCES ARTICLES MAGAZINE HISTOIRE VIDÉOS CONTACT NOUVELLES ÉDITORIAUX LIENS ENGLISH

Facebook Twitter YouTube

Le ciel de septembre 2016 en un coup d’œil

par Pouria Nazemi

Eh ! bien, les beaux jours de l’été sont comptés, et le compte à rebours de l’automne est déjà commencé.

Si vous aimez le ciel de nuit, je suis sûr que vous trouverez une certaine motivation pour sortir même lors des plus froides nuits d’hiver, mais il faut admettre que ce n’est pas une tâche facile, et même si vous êtes dehors, il n’y a aucune garantie que la météo va collaborer avec vous. Alors profitez des derniers jours de l'été, et jetez un œil au magnifique ciel nocturne avant que les premiers signes de l’hiver n’arrivent.

Septembre est un mois de transition entre l’été et l’automne, et c’est un temps de transition aussi dans le ciel de nuit.

Le célèbre Triangle d’été a commencé à se rapprocher de l’horizon ouest. Ce triangle est en fait un repère de base du ciel d’été. Les trois sommets de ce triangle sont Altaïr (la plus brillante étoile de l’Aigle, avec une magnitude apparente de 0,75), Déneb (la plus brillante étoile du Cygne, avec une magnitude apparente de 1,25), et Véga (la plus brillante étoile de la Lyre, avec une magnitude apparente de 0). Ces trois étoiles brillantes sont essentielles pour trouver votre chemin dans le ciel de nuit estival. Mais maintenant, c’est temps pour un nouveau groupe de constellations d’assumer ce rôle, et la plus célèbre constellation de l’automne est le grand carré de Pégase, le cheval ailé divin mythologique.

Pégase et ses environs
Pégase et ses environs. Cliquer pour agrandir.
Image gracieuseté de Starry Night, une compagnie Simulation Curriculum.

Les quatre étoiles qui forment ce carré céleste géant sont de deuxième magnitude. Cependant, l’une d’entre elle ne fait pas partie de Pégase ; la quatrième étoile de ce groupe est appelée Alpheratz (magnitude 2) et est la plus brillante d’une constellation en forme de V et très célèbre : Andromède.

En trouvant ce carré dans le ciel, vous pouvez trouver Andromède, et ceci est la première étape pour trouver un objet de ciel profond unique : Messier 31, la galaxie d’Andromède. Si vous êtes loin de la pollution lumineuse, vous pouvez voir cette galaxie spirale géante à l’œil nu. Cette petite tache de lumière brumeuse est en fait une galaxie avec près d’un billion (mille milliards) d’étoiles, et à une distance de 2,5 millions d’années-lumière de nous. Ainsi, grâce à Albert Einstein et au fait que la vitesse de la lumière est constante, quand vous regardez cette galaxie, vous la voyez dans l’état où elle était il y a 2,5 millions d’années… Le ciel nocturne est la seule machine à remonter le temps que nous avons pour l’instant !

Il y a beaucoup plus d’objets de ciel profond dans le ciel nocturne de septembre et d’automne, mais nous allons parler d’eux dans les prochains mois ; pour l’instant, nous allons jeter un œil à quelques évènements spéciaux de septembre 2016…

Carte de l’éclipse de septembre 2016
© NASA / Fred Espenak

Septembre va commencer avec une nouvelle lune et une éclipse annulaire de Soleil. Cette éclipse n’est pas observable du Canada (voir carte de visibilité, à droite). Le meilleur endroit pour l’observer est l’Afrique. Une éclipse annulaire se produit lorsque la taille angulaire apparente de la Lune est inférieure à la taille angulaire apparente du disque du Soleil. Alors, quand la Lune recouvre la face du Soleil, vous pouvez toujours voir un anneau de lumière solaire autour de la Lune ; on appelle habituellement cela un « cercle de feu ». Dans ce genre d’éclipse solaire, vous devez garder les filtres de sécurité sur vos yeux tout le temps. Et bien que ce soit une grande opportunité pour capturer de magnifiques photos pour les astronomes amateurs et chasseurs d’éclipse, il y a très peu de valeur scientifique dans l’observation d’une éclipse annulaire.

La Lune et les planètes brillantes
La Lune et les planètes brillantes Vénus et Jupiter. Cliquer pour agrandir.
Image gracieuseté de Starry Night, une compagnie Simulation Curriculum.

Dans la soirée du 2 au 3 septembre, essayez de trouver un endroit avec un horizon ouest dégagé. Le Soleil se couchera autour de 19 h 30 HAE, et vous aurez 40 minutes (le 2 septembre) à environ une heure (le 3 septembre) pour voir le croissant de Lune et les planètes brillantes Vénus et Jupiter juste à côté.

Venus aura une magnitude de −3,9, et Jupiter de −1,6. Si vous êtes intéressée par l’astrophotographie de paysage, ceci est votre chance : il suffit de trouver un bon emplacement avec un horizon ouest dégagé, de localiser la Lune et Vénus, de choisir un bon paysage, et de prendre votre photo ! N’oubliez pas d’utiliser une longue exposition, et essayez quelques réglages différents.

Si vous souhaitez voir quelques exemples de ce genre de photographie, jetez un œil au site du Projet TWAN (The World At Night) (en anglais).

Débuter le mois avec une éclipse annulaire de Soleil signifie, comme vous pouvez l’anticiper, que nous aurons une éclipse lunaire au milieu du mois. Ce sera une éclipse par la pénombre, le 16 septembre, mais elle ne sera pas visible du Canada.

Enfin, le 22 septembre, l’été prendra officiellement fin. Ceci est l’équinoxe d’automne (pour l’hémisphère nord, et bien sûr l’équinoxe de printemps pour les personnes qui vivent dans l’hémisphère sud). Ce jour-là, le Soleil traversera (sur son chemin apparent, l’écliptique) l’équateur céleste du nord au sud, de sorte que la durée de la nuit sera égale à celle du jour — après cette date, les nuits deviennent plus longues que les jours, jusqu’au solstice de décembre.

Alors bienvenue en automne, mais avant de dire aurevoir à l’été, il y a un évènement de plus en septembre.

De toutes les planètes que vous pouvez voir à l’œil nu, Mercure est la plus difficile à détecter. La raison n’est pas que Mercure n’est pas assez brillant ; elle l’est. Mais en même temps, elle est trop proche du Soleil ; la plupart du temps, elle est cachée dans l’éclat du Soleil, et il n’y a que quelques jours où vous avez une bonne chance de la voir. C’est étrange, mais la vérité est que de nombreux astronomes amateurs ne l’ont jamais vue !

Le meilleur moment pour observer Mercure est quand elle atteint un point appelé « plus grande élongation ». C’est le moment où Mercure est à la plus grande distance angulaire du Soleil, ce qui signifie que vous avez une chance de la voir avant le lever ou après le coucher du Soleil.

Mercure entre la Lune et le Soleil
Mercure entre la Lune et le Soleil, avec quelques reflets de caméra. Cliquer pour agrandir.
Image gracieuseté de Starry Night, une compagnie Simulation Curriculum.

Le 28 septembre, Mercure sera à sa plus grande élongation ouest. Elle sera ainsi à l’ouest du Soleil, et se lèvera environ une heure et demie avant celui-ci. Si vous voulez la voir, vous devez vous réveiller un peu tôt ; Mercure se lèvera à 5 h 15 HAE, et si vous avez un ciel clair et une vue dégagée vers l’est, alors vous pourrez la voir avant le lever du Soleil. Bonne chance !

J’espère que vous apprécierez votre aventure sous le ciel étoilé de septembre. N’hésitez pas à nous raconter votre expérience !



 

 

© 2017 Astronomie-Québec et ses collaborateurs · Tous droits réservés