ACCUEIL CONFÉRENCES ARTICLES MAGAZINE HISTOIRE VIDÉOS CONTACT NOUVELLES ÉDITORIAUX LIENS ENGLISH

Facebook Twitter YouTube

ÉDITORIAL

Proxima Centauri b : Quand les médias s’enflamment…

par Pierre Paquette

2016‑08‑24 · 19 h 00 HAE

Suite à la découverte d’une planète dans la zone habitable de Proxima Centauri, l’étoile la plus rapprochée du Soleil à seulement 4,2 années-lumières, les médias se sont enflammés, et le public a réagi presque en pensant que se trouve là une civilisation que l’on pourrait qualifier de « voisine » à la nôtre, compte tenu de la faible distance (relative) de ce système.

Mais Proxima b, comme on appelle cette planète, aurait une température de surface d’environ −40 °C — ce qui est plutôt froid pour être qualifiée d’« habitable », non ? Peut-être y a-t-il là possibilité d’expansion des marchés pour les fabricants de vêtements d’hiver comme Kanuk ou Canada Goose

Loin de moi l’idée de minimiser cette découverte, toutefois — trouver une planète dans la zone habitable d’une étoile est toujours une nouvelle importante, d’autant plus quand il s’agit d’une étoile si rapprochée. Mais il serait plutôt temps que les médias et le public en général arrêtent de s’affoler et de présenter chaque nouvelle scientifique comme étant LA nouvelle du siècle. Encore une fois, je ne veux pas minimiser l’importance desdites nouvelles, mais juste que les médias et le public prenne conscience de celles-ci d’un point de vue réfléchi.

Je sais que c’est beaucoup demander dans un monde où Donald Trump est un sérieux candidat à la présidence des États-Unis d’Amérique, ou où des gens comme Jim Nielsen croient que l’heure d’été donne une heure d’éclairement de plus… Oui, bien des gens croient encore que la Terre est plate ou que tout tourne autour d’elle… Mais ai-je le droit de penser, de croire, d’espérer, que la culture scientifique du grand public augmentera un jour ?

Ne me comprenez pas mal, et ne croyez pas que je veuille ici insulter qui que ce soit. Je ne comprends pas toutes les théories scientifiques, et si je n’ai pas étudié l’astronomie à l’université comme ma famille et mes amis croyaient que j’allais le faire, c’est parce que j’avais du mal à comprendre les mathématiques avancées que cela aurait requis. Je ne détiens pas la Vérité avec un « V » majuscule, et OUI, il m’est arrivé — plus souvent que je n’oserais l’avouer — de partager des choses non fondées sur ma page Facebook personnelle.

Ce que je veux dire, c’est que nous devons nous arrêter un moment avant de nous enthousiasmer sur une nouvelle qui, parfois, n’a de spectaculaire que le titre. Proxima Centauri a une planète ? C’est bien. C’est super, même ! Dans la zone habitable ? Encore mieux ! Mais oups, on lit l’article — oserais-je dire, les petits caractères —, et on se rend compte qu’il fait −40 °C sur ce monde de 1,27 masse terrestre qui tourne autour de son étoile en environ 11 jours. Brr ! Les scientifiques qui ont annoncé la découverte appellent la planète « Proxima b », mais les amateurs des films La Guerre des étoiles (Star Wars) y verront peut-être plutôt la planète Hoth…

La même chose se produit régulièrement depuis quelques années avec la moindre grande nouvelle scientifique. Remarquez que j’ai quand même utilisé le mot « grande » ici, parce que oui, il faut l’avouer, certaines de ces nouvelles sont remarquables et importantes. La découverte du boson de Higgs en était toute une, tout comme l’observation des premières ondes gravitationnelles.

Mais parlant de celles-ci, une question qu’on m’a posée lors de ma conférence au Cosmodôme de Laval en février 2016 tombait très bien : « Qu’est-ce que cela va changer dans nos vies ? » J’ai répondu à la personne que cela ne changeait rien en effet dans nos vies quotidiennes — je vais retourner travailler comme si de rien n’était demain, les pétrolières vont probablement augmenter le prix de l’essence à la pompe mardi prochain, et le gout des bananes importées d’Afrique ne changera pas. C’est plutôt la science elle-même qui change. Beaucoup. La meilleure comparaison que l’on pourrait faire, est que les astronomes n’ont toujours eu que des yeux (bioniques, car on a accès à toutes les longueurs d’ondes, du gamma aux ondes radio) pour observer l’Univers, mais que la découverte des ondes gravitationnelles — ou plutôt, la confirmation du bon fonctionnement de la technologie que les humains ont inventée pour tenter de les observer — équivaut à doter les astronomes d’une paire d’oreilles en plus de leurs yeux.

Cela dit, je suis tout de même heureux d’avoir vu cette nouvelle aujourd’hui, et je comprends qu’il s’agit d’une grande nouvelle pour la science. Toutefois, personne n’a annoncé la découverte d’une civilisation extraterrestre avancée sur cette planète, comme certains médias semblent presque le laisser croire avec leurs divers « Planète semblable à la Terre découverte autour de Proxima Centauri »… Semblable au pôle sud de la Terre, oui !

 

© 2016 Astronomie-Québec et ses collaborateurs · Tous droits réservés