Votre source d’information de qualité sur l’astronomie.

Gens observant l’éclipse solaire du 21 aout 2017

Gens observant l’éclipse solaire du 21 aout 2017. Photo © Pierre Paquette.

Bonjour !

Mon nom est Pierre Paquette, et je suis éditeur d’Astronomie‑Québec.

Pierre PaquetteJe fais de l’astronomie depuis plus de 35 ans — j’ai reçu ma première lunette astronomique en cadeau à Noël 1984 et je me suis inscrit à la Société d’astronomie de Montréal en février 1987. Je me suis récemment découvert un intérêt pour l’histoire de cette science et les instruments anciens, ce qui m’a amené à fabriquer des répliques en laiton et en bois d’astrolabes, de quadrants, de cadrans solaires, de merkhets, etc.

J’ai également un fort intérêt pour les catalogues de ciel profond. Cela m’a éventuellement mené à « redécouvrir » une copie originale du catalogue d’amas ouverts de Berkeley, que les auteurs Brent Archinal et Steven Hynes n’avaient pas trouvé lors de la compilation de leur excellent livre Star Clusters (2003). Je leur ai envoyé une copie du catalogue de Berkeley, et ma « redécouverte » a été mentionnée dans l’édition de septembre 2011 du magazine Sky & Telescope. Un de mes astrolabes a également été photographié dans l’édition de février 2016 du même magazine, en accompagnement d’une lettre que j’ai écrite dans la section du courrier des lecteurs.

Au cours de ma « carrière » d’astronome amateur, j’ai exploré de nombreuses facettes du passe-temps, parmi lesquelles la fabrication de télescopes, la cosmologie, et même la gestion d’un club. En 1993–94, j’ai été secrétaire et président de la Société d’astronomie de Montréal (et conséquemment, du Centre français de Montréal de la Société Royale d’astronomie du Canada), ainsi que deux fois secrétaire de la Fédération des astronomes amateurs du Québec (FAAQ ; en 1994 et de 2007 à 2011). Je suis actuellement membre du Club des Astronomes Amateurs de Laval (CAAL), dont j’ai été administrateur en 2009, et vice-président en 2010.

Plus tôt en 2010, l’ancien président du CAAL m’a demandé de continuer son travail de publication d’un bulletin d’information pour le club ; c’est ainsi qu’est née La Veillée de nuit, devenue en 2012 Astronomie-Québec. Ce nom était auparavant celui d’un magazine papier, publié de 1994 à 2001, produit par les Éditions astronomiques, et à la production duquel j’ai participé pendant un temps en tant que réviseur/correcteur — et parfois comme auteur.

Pour les Éditions astronomiques, j’ai aussi été réviseur/correcteur de L’Annuaire astronomique pendant quelques années. Ce document donnait les positions des planètes et d’autres renseignements astronomiques éphémères ou constants, un peu comme une version française du Observer’s Handbook de la Société royale d’astronomie du Canada (SRAC). J’ai aussi été réviseur/correcteur des éditions 2015, 2018, et 2019 du Observer’s Handbook, et je suis « Ambassadeur astronomique » de la SRAC, avec des conférences sur les astrolabes, le ciel profond, l’histoire de l’astronomie, et les instruments astronomiques anciens, entre autres.

J’ai été invité comme conférencier depuis 1998 par divers clubs d’astronomie ainsi que d’autres organismes, dont la Ville de Montréal, sur des sujets aussi divers que ceux mentionnés ci-dessus ainsi que l’astrophotographie, l’observation, etc. Cela m’a même amené à présenter une conférence dans une source thermale en banlieue de Whitehorse (Yukon), à la Yukon Astronomical Society en 2017. Depuis lors, je participe régulièrement comme conférencier à Aurora | 360 Experience, un événement aux facettes scientifique, culturelle, et naturelle d’observation des aurores boréales dans un Boeing 737 d’Air North, la ligne aérienne du Yukon.

On m’a aussi invité à présenter une conférence et un atelier lors des 12e Rencontres internationales de l’astronomie et de l’astronautique en avril 2019, à Campos dos Goytacazes, Brésil.

J’ai reçu le prix Fred Clarke 2016 (remis annuellement dans le cadre du Concours annuel de fabricants de télescopes d’amateurs [CAFTA]) pour ma contribution continue à la vulgarisation et au rayonnement de l’astronomie d’amateur au Québec, de même que le prix « Recherche » au même CAFTA.

Depuis 2018, je suis animateur lors des présentations de National Geographic ObservÉtoiles, le premier planétarium à ciel ouvert à réalité augmentée au monde, à Glen Sutton, en Estrie.

 

© 2023 Astronomie‑Québec / Pierre Paquette